Qui étaient les seigneurs féodaux?

Les seigneurs féodaux, presque toujours des hommes dotés de nobles titres, étaient les propriétaires et les seigneurs de la terre dans l’Europe occidentale médiévale.

Le féodalisme, système politique et économique dominant du neuvième au quinzième siècle, consistait à valoriser la terre en tant que base et à établir des relations d'échange entre les parties, principalement des seigneurs féodaux, des vassaux et des paysans.

Cette structure était basée sur de petites communautés formées autour d'un seigneur féodal qui contrôlait tout ce qui était sous sa juridiction et, en échange de travail, garantissait la sécurité de ses serviteurs.

La nature locale de ce système l'a rendu parfait pour une époque où les menaces étaient également à petite échelle.

Les paysans travaillaient les terres en échange de nourriture, les vassaux étaient responsables de la protection des habitants du territoire en échange d'argent, les seigneurs féodaux administraient les fiefs en échange d'un pouvoir absolu sur eux et les monarques assuraient une plus grande force politique et économique. .

La dynamique établie par le modèle féodal garantit toutes ses composantes, la sécurité et l’alimentation, au milieu de l’austérité et de la détérioration de la société.

C’était alors un système de coopération fondé sur des promesses, dans lequel, malgré l’absence de liberté ou de mobilité sociale, la subsistance pouvait être assurée.

Le contexte à l'époque des seigneurs féodaux

Après la chute de l'Empire romain d'Occident en 476 avec l'arrivée des barbares, l'Europe occidentale fut submergée par une ère de misère et de déclin démographique.

C’est ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Moyen-Âge, qualifiant cette période de transition entre l’ère post-classique et l’ère moderne, qui a commencé avec la Renaissance au XVIe siècle.

Également connue sous le nom de "années sombres", en raison du manque de production culturelle et scientifique et de l'absence de données historiques, cette époque a entraîné une rupture dans les modèles de vie en Europe.

La structure de l'empire et de la métropole a fini par céder la place à une dynamique localiste dans laquelle les communautés se sont tournées vers elles-mêmes et isolées les unes des autres.

Le Moyen Âge était une période de monarchies et de paternalisme ecclésiastique. La crise découlant de la chute de l'empire a entraîné un déclin important de la population de la région.

La région orientale de l'empire récemment déchu a été fragmentée en royaumes germaniques. Ce serait une étape clé dans la consolidation de l'Europe en tant qu'unité.

Les efforts déployés pour protéger le continent contre les menaces extérieures et la contre-urbanisation croissante ont conduit à ce que nous appelons maintenant le système féodal, qui a été mis en place en Europe par presque tout le moyen âge.

Féodalisme et sa hiérarchie

Le féodalisme était le système politique et social dominant au Moyen Âge et reposait sur des fiefs: des contrats par lesquels les nobles, appelés seigneurs féodaux, accordaient des territoires à revenus en échange de services, tels que le travail foncier ou la protection et la fidélité.

C’est un mécanisme par lequel les rois, qui n’avaient ni les ressources économiques ni la force politique pour protéger le royaume, divisaient leurs territoires en petites parties qui seraient administrées par des nobles qui, en retour, paient des impôts, promettent la fidélité et ils ont mis leurs subordonnés à disposition.

Les seigneurs féodaux ont reçu des terres proportionnelles dans la fidélité au roi et à l'importance de sa famille.

Ceux-ci étaient chargés de la gestion et de la gestion des fiefs - un nom également utilisé pour la désignation des terres - et leur pouvoir sur ces territoires et leurs habitants était illimité.

Cependant, pour se protéger des menaces externes telles que les bandits et les invasions, il fallait des serveurs pour les protéger.

Les vassaux ou chevaliers, hommes libres souvent issus de familles nobles, juraient envers les seigneurs féodaux fidélité, obéissance et protection.

Lorsque le roi le demanda, ils constituèrent également l'armée. En retour, ils se voient accorder des fiefs et un pourcentage du butin de guerre.

Les paysans, les plus bas rangs de la hiérarchie féodale, travaillaient la terre en échange d'une partie de la nourriture produite et de la sécurité offerte par les chevaliers.

Ils ont sacrifié leur liberté en échange de la protection et de la sécurité qui impliquaient l'appartenance à ces communautés.

Ce système politique était basé sur des relations réciproques entre les différents degrés. De la même manière que les chevaliers sont devenus les seigneurs de leur fief, les seigneurs féodaux étaient à leur tour des vassaux des plus importants, étant le roi le plus âgé.

Cependant, les contrats féodaux ont été établis exclusivement entre seigneurs féodaux et vassaux, constituant la violation de ces crimes les plus graves.

La querelle ou le contrat était scellé par un rite de fidélité théâtral appelé tribut, qui se tenait dans le château du Seigneur avant les reliques et les livres lui appartenant.

Quelques faits intéressants

  • Les seigneurs féodaux avaient raison sur tout ce qui appartenait à leur territoire, parmi eux, les vassaux qui devaient leur donner leur virginité la nuit de leur mariage. C'est ce qu'on appelle le "droit de pernada".
  • Chaque seigneur féodal avait le pouvoir d'établir sa propre monnaie et son système de justice.
  • En temps de guerre, les chevaliers sont allés se battre pendant une période d'environ 40 jours, pouvant être prolongée à 90 si nécessaire, car rester sur le champ de bataille les obligeait à abandonner les terres qu'ils étaient censés protéger.
  • À la mort d'un vassal, ses enfants étaient sous la tutelle du seigneur féodal.
  • Il y avait, au sein des différentes échelles du système hiérarchique, des sous-catégories avec différents degrés de pouvoir.
  • 90% des ouvriers et habitants des fiefs étaient des paysans.
  • La mobilité sociale n'existait pas dans le féodalisme. Un paysan ne pourrait jamais devenir un seigneur féodal.
  • L’Église catholique était l’institution la plus puissante du système féodal et devait donc obtenir une partie des bénéfices de chaque royaume.
  • L'âge moyen de survie était de 30 ans.
  • Au cours de cette période, les agriculteurs ont fait de grandes avancées et innovations telles que les charrues et les éoliennes.
  • Le féodalisme a disparu de la majeure partie de l'Europe au début du XVIe siècle, bien qu'il soit resté dans certaines régions de l'Est jusqu'au XIXe siècle.