Armoiries du Pérou: histoire et signification

Le blason du Pérou est l’un des symboles qui, avec l’hymne national et le drapeau national, correspond à l’ensemble des symboles civils qui représentent l’image et l’identité du Pérou en tant que nation souveraine devant la scène internationale.

Il est exposé par les différents organes de l’État péruvien et par un grand nombre d’institutions nationales.

La version actuelle des armoiries nationales est en vigueur depuis sa première approbation en 1825, puis ratifiée (et légèrement modifiée) plus d’un siècle plus tard, en 1950. Depuis lors, les armoiries sont restées intactes. signification sans aucun changement.

Les armoiries du Pérou comportent de nombreux éléments similaires aux boucliers de ses voisins d'Amérique latine. C'est peut-être parce que ces nations ont cherché à exalter par leurs symboles l'importance de leur lutte pour l'indépendance.

Le cas de ce symbole national est frappant, car la République du Pérou possède plusieurs versions officielles de son bouclier, qui sont utilisées ou exposées dans des cas particuliers, et comportent des détails que certains n’ont pas.

Description et signification de la tunique du Pérou

Le bouclier national, comme la grande majorité de ces symboles à l’heure actuelle, est conforme à la réglementation héraldique dans sa conception et se compose de trois parties principales: les armoiries, le timbre et le tenante.

Blason

Selon l'héraldique, l'élément central de l'écu est de forme polonaise et présente une division verticale et une division horizontale laissant trois quadrants contenant leurs propres éléments.

Dans le coin supérieur gauche, sur fond bleu se trouve une vigogne, animal commun du haut plateau andin. C'est une représentation symbolique des richesses du règne animal.

En haut à droite, sur un fond blanc ou argenté, se trouve un arbre de quinquina, également appelé quinquina.

Cela représente, à l'instar de son voisin, les richesses du règne végétal, bien qu'il ait également une interprétation historique: en proie au paludisme pendant une période donnée, les Péruviens ont extrait une poudre de l'écorce de quinquin comme remède contre la maladie.

Au fond, sur un fond rougeâtre, se trouve une corne d'abondance, ou corne d'abondance, coulant des pièces d'or. La signification de cet élément est la richesse du règne minéral.

Timbre

La partie supérieure de l'écu, au-dessus des armoiries, est ornée d'une couronne civique de chênes comme élément unique. La présence de cette couronne symbolise les victoires de la nation péruvienne.

Locataire

Derrière le blason et s'étendant sur les côtés, se trouvent le drapeau national et la bannière, placés au-dessus des lances.

Dans l’une des variantes du bouclier, le drapeau et la bannière sont accompagnés d’une branche de laurier et d’une autre palme, noués à une extrémité par des couleurs patriotiques, élément commun à de nombreux boucliers latino-américains.

Histoire et évolution du manteau du Pérou

Contrairement aux autres nations et aux changements de leurs symboles civiques, le blason du Pérou n’a pas subi autant de modifications dans sa conception depuis sa conception initiale une fois que l’indépendance de la nation a été consacrée.

La première version du bouclier a été mise au jour entre les mains du général José de San Martin lors de sa conception, en 1820, et a également été approuvée par le Congrès constitutif à cette époque.

La composition centrale de ce premier projet consistait en une vue sur les Andes depuis la mer et le soleil se levant derrière les immenses montagnes.

Autour des armoiries se trouvaient une multitude de drapeaux représentant les nations latino-américaines naissantes, avec un bananier au milieu.

Ces éléments étaient accompagnés sur les côtés d'un condor du côté gauche et d'une flamme du côté droit.

La version suivante du bouclier national serait approuvée en 1825 par Simón Bolívar et le Congrès constitutif respectif.

La conception a été faite par José Gregorio Paredes et Francisco Javier Cortes, qui lui ont donné une apparence très similaire à celle actuelle. Cela était dû à la décision d'El Libertador de renouveler tous les symboles patriotiques basés sur une loi.

La dernière modification aurait lieu plus d'un siècle plus tard, en 1950, lorsque, au moyen d'une loi proposée à cette époque par le président de la Junte militaire de gouvernement, la partie inférieure du blason fut élargie et les divisions internes furent faites. plus de précision

Il a été officiellement inventé sous le terme de Bouclier national, bien qu'il ne soit pas visible sur le bouclier lui-même.

Variantes du manteau du Pérou

Le bouclier national a différentes versions en fonction du scénario ou du contexte officiel dans lequel il est affiché.

Le plus commun de tous, et décrit en détail dans ces lignes, s'appelle officiellement Bouclier national.

Blason

Les armoiries de la République du Pérou, à la différence des armoiries nationales, ne portent ni drapeau ni étendard sur les côtés des armoiries.

Ceux-ci sont remplacés par une branche de laurier et une palme, chacun d'un côté, et reliés en bas par une boucle aux couleurs nationales. Cette version du bouclier se trouve généralement au dos des pièces de monnaie et des billets.

Grand sceau de l'état péruvien

La présence de cette variante du bouclier national se limite aux documents et procès-verbaux officiels de l'État péruvien. Il est obligatoire d'apposer un tampon en-tête sur tout document gouvernemental ou régional à caractère officiel.

Il n'est pas exposé publiquement lors de célébrations ou d'institutions publiques. La qualité principale de cette version réside dans la présence du texte "République du Pérou" au-dessus des armoiries, qui a le même dessin que les armoiries nationales.

Bouclier naval

Cette dernière variante, bien que parfois considérée comme une catégorie distincte, utilise de nombreux éléments du bouclier national.

Son exposition est limitée aux rangs internes de la marine péruvienne. Sa conception entoure le blason avec deux grandes ancres dorées, un soleil au-dessus, et la présence du texte "Marine du Pérou".