Culture Chincha: Histoire, Caractéristiques, Economie, Religion

La culture chincha était une civilisation qui s'était développée sur le territoire péruvien avant l'arrivée des Européens sur le continent américain.

Il est apparu vers l'an 1000 d. C., après la chute de l'empire Wari, et prolongée jusqu'en 1476. C., quand ils ont été annexés à l'empire Inca.

Le nom de cette civilisation vient du mot chinchay ou chincha, qui en langue quechua Chinchua signifie jaguar ou ocelot.

Cette culture occupait le territoire composé des vallées de Cañete, Ica, Nazca et Pisco. La capitale de cette société correspond à Chincha, l'actuelle ville du Pérou.

Les conditions favorables de la terre leur ont permis de développer diverses activités agricoles, telles que l’agriculture, qui est devenue la base de l’économie de Chincha.

Ils ont également établi des relations commerciales avec d'autres civilisations contemporaines, appartenant à l'Équateur, au Chili, à la Colombie et au Venezuela. Les principaux produits échangés étaient des coquillages et des pierres précieuses.

Les chinchas étaient organisés autour de la forme politique du manoir, dans laquelle il commandait un chinchaycapac, qui était l'équivalent d'un roi ou d'un souverain.

Aujourd'hui, il existe des sites archéologiques peuplés de chincha, tels que La Centinela, composée de deux pyramides en pisé.

Lieu et périodes d'existence

La culture Chincha s'est développée dans le sud-ouest du Pérou, près de l'océan Pacifique. À leur apogée, ils occupèrent les vallées de Cañete, Ica, Nazca et Pisco.

On estime que la culture chincha s'est formée après le déclin de l'empire wari, entre l'an 900 et l'an 1000, et que sa présence s'est prolongée jusqu'aux environs de 1500, année de leur conquête par les Incas.

Sa capitale était la ville de Tambo de Mora et, de par sa situation géographique, constituait une société essentiellement maritime. Les îles situées au large des côtes du Pérou les plus proches de la vallée de Chincha sont appelées les îles Chincha.

Bien que le déclin de la culture Chincha soit dû à l'intervention des Inca sur leurs territoires, on estime que pendant plusieurs années les deux cultures ont été habitées en parallèle.

En fait, peu de civilisations ont eu un dirigeant aussi important que le souverain suprême de Chincha, ou le seigneur de Chincha, devant l'empereur Inca.

Histoire

Le premier archéologue à avoir étudié la culture chincha a été l'allemand Max Uhle, à qui l'on attribue la découverte des vestiges de cette civilisation.

Les études de cette culture montrent que la chincha a commencé à s'organiser en société entre le neuvième et le dixième siècles.

Cependant, à cette époque, la société était assez archaïque, car elle dépendait dans une large mesure de la pêche et de la collecte des coquillages. Ceci est connu comme la culture pré-chincha.

Au XIe siècle, l'organisation de ces groupes a changé, donnant naissance à la propre culture chincha. Ils ont développé l'architecture et l'agriculture, ainsi qu'un système d'irrigation pour travailler sur la terre sèche.

En plus de cela, ils ont acquis et développé des connaissances en matière de navigation, avec lesquelles ils ont pu établir des routes commerciales maritimes.

Entre les années 1438 et 1471, les Incas firent des expéditions sur le territoire de Chincha. Ce premier contact ne visait pas à conquérir le royaume de Chincha, mais à établir des relations politiques et économiques propres à renforcer la position des deux sociétés.

Entre 1471 et 1493, le royaume de Chincha a été annexé à l'empire Inca. Cependant, les chincha conservaient encore une partie de leur autonomie politique et économique. Trois ans plus tard, cette culture a fusionné avec l'Inca, avec lequel elle a disparu.

Économie

Le terrain des vallées de Cañete, Ica, Nazca et Pisco était extrêmement fertile, ce qui permettait aux chinchas de pratiquer l'agriculture en tant qu'activité économique.

En fait, cette activité était si pertinente pour cette civilisation que 40% de la population active travaillait à la culture de produits végétaux. Les produits les plus courants étaient les haricots, le coton, le maïs et les pallares.

Dans cette région, même des systèmes hydrauliques ont été développés pour permettre l’irrigation des terres les plus arides afin d’accroître la production agricole.

La pêche était également pertinente, étant la deuxième activité économique avec la plus grande main-d'œuvre (33%).

Par ailleurs, 20% de la population active pratiquait le commerce. Les chinchas ont développé un vaste réseau commercial couvrant divers pays d'Amérique latine, notamment l'Équateur, le Chili, la Bolivie, la Colombie, le Venezuela et le Mexique. Pour cela, ils ont établi des routes commerciales, terrestres et aquatiques.

Par voie terrestre, ils se sont déplacés grâce aux lamas, aux vigognes et autres camélidés. Par eau, ils ont traversé des bateaux résistants, qui ont traversé l'océan Pacifique dans différentes directions.

Parmi les produits commercialisés, on peut citer le mullu (une sorte de coquille considérée comme un aliment pour les dieux), les algues, le poisson salé, les sculptures sur bois et les tissus. En retour, les chinchas ont reçu du cuivre, de l'or, des émeraudes, de la laine, des feuilles de coca, entre autres.

7% des ouvriers étaient des artisans. Celles-ci étaient dédiées à différentes activités, telles que le travail du bois, avec des tissus, entre autres.

En ce qui concerne l’industrie textile, les chinchas se sont distingués par leurs tissus en coton, dont les finitions étaient de qualité.

De navigation

Il a été affirmé que les chinchas étaient capables de naviguer à l'extrême nord et sud du territoire péruvien afin de commercialiser leurs produits.

Certaines études en sont venues à envisager la possibilité pour les enfants, grâce à leurs compétences en navigation, d’atteindre l’Amérique centrale d’effectuer des transactions commerciales avec les civilisations locales.

La monnaie principale de la culture Chincha avait sa manière de se retrouver dans les escargots, bien que le troc soit une méthode de transaction très populaire.

Ses itinéraires commerciaux ont été très efficaces, atteignant une présence triangulaire dans plusieurs régions du territoire péruvien.

Au moment où l'empire Inca était encore en train de se consolider en tant que tel, la culture Chincha avait une présence commerciale importante dans diverses régions.

Organisation sociale

Il existe certaines diatribes d'investigation sur le caractère militariste que la société Chincha peut avoir ou ne pas avoir.

Dans certaines des classifications fournies pour leur organisation sociale, les postes militaires ne sont pas présents, bien que la société soit clairement divisée en classes.

Un autre facteur qui influence cette affirmation est l’affirmation selon laquelle les Incas ont été conquis pacifiquement par les Incas à l’époque.

Le système de gouvernement qui caractérisait la culture chincha était celui de señorío, dans lequel un homme était chargé de gouverner les différentes régions à travers lesquelles la civilisation Chincha s'était étendue; ceux-ci ont reçu le nom de Chinchaycapac.

Au-dessous se trouvait la société civile structurée divisée en classes, parmi lesquelles la noblesse, dont les membres étaient responsables du travail administratif au sein de la société; alors les prêtres et les principaux représentants religieux suivraient; enfin, le village comprend des paysans, des pêcheurs, des artisans et des marchands.

On a dit que l’importance de Chinchaycapac était telle que, même après sa conquête par les Incas, il s’agissait d’un rang qui conservait sa validité officielle et son importance symbolique pendant un temps considérable.

La religion

La civilisation de Chincha a maintenu le même comportement religieux que ses contemporains, en ce qui concerne la haute capacité superstitieuse qu’elle possédait, faisant du culte des dieux le centre de leur vie et de nombreuses de leurs activités.

Les principaux dieux de la culture chincha étaient Chinchaycamac et Urpihuachay, une déesse dont le nom se traduit par "celui qui arrête les pigeons", était également considérée comme la protectrice des pêcheurs et de ceux qui s'embarquaient vers la mer.

Les Chinchas attribuaient l'origine de leurs dieux à une île, vénérée dans des temples et des huacas construits spécialement pour le culte.

Une espèce particulière de coquille marine appelée Spondylus était l'élément principal qui accompagnait les cérémonies religieuses menées par les chinchas pendant une grande partie de leur existence.

Navigation et pêche

Les chinchas sont désormais considérés comme les meilleurs pêcheurs de l’histoire du Pérou. Même d'autres cultures et communautés côtières ne semblaient pas avoir acquis les mêmes compétences ou connaissances pour maîtriser les activités marines.

Cette culture était reconnue pour ses compétences de navigation, ce qui facilitait les échanges de marchandises par les voies maritimes.

Les chinchas ont établi des routes à travers la ligne Pacifique Nord-Sud. Un lien a ainsi été créé entre le Royaume, la Colombie, l’Équateur, le Chili, le Venezuela et même le Mexique.

Telle était l’importance de la navigation que l’influence et le pouvoir d’un roi de Chincha se mesuraient au nombre de bateaux qu’il possédait. La flotte du roi se composait de 200 radeaux (au moins) utilisés pour le commerce.

Céramique et travail de la pierre

Federico Kauffmann Doig, un archéologue péruvien, compte parmi les principaux spécialistes et chercheurs de la culture chincha. Il a laissé une grande empreinte concernant les frontières sociales et historiques de la civilisation chincha au cours de sa vie professionnelle.

Culturellement, la civilisation chincha a manifesté sa richesse au travers de pratiques artisanales et métallurgiques, comme en témoignent les vestiges de céramiques et d’œuvres de pierres et de minéraux découverts au fil des ans.

Le bois est une autre matière première qui a fonctionné de manière spéciale à son époque. Les techniques appliquées au bois ont attiré l'attention de nombreux chercheurs et archéologues.

La xylographie en bois était le dénominateur technique commun de la civilisation chincha, ce qui leur conférait un grand prestige artisanal dans la région côtière du Pérou. Pour leurs bateaux et leurs compagnies de navigation, les chinchas sont également venus fabriquer des gouvernails en bois.

En céramique

La plupart des découvertes sur la culture chincha ont été révélées par les céramiques trouvées.

Celles-ci ont des qualités différentes: la polychromie prévaut et l'utilisation de l'argile rouge; ils ont des compositions de figures géométriques accompagnées de silhouettes et d’illustrations humaines et animales.

Ils sont venus pour fabriquer des vases et des bocaux à corps rond et à long cou (semblables aux amphores de l’Antiquité) considérés comme uniques à cette culture.

La poterie chincha pourrait être de deux styles: fonctionnel ou décoratif. Les créations fonctionnelles étaient celles qui étaient utilisées dans les contextes domestiques et dans les rites religieux.

Parmi ceux-ci figurent les vases, les pichets ovales, les bocaux à long col avec poignée, les assiettes plates et convexes et d’autres récipients.

La céramique décorative a atteint son expression maximale dans les cuchimilcos, des figures représentant des femmes à tête carrée.

On a utilisé de l’argile blanche, qui pouvait être oxydée pour obtenir des tons rouge et noir. Les travaux en céramique étaient simples, avec des décorations simples mais colorées.

De l'architecture

La culture chincha a développé l'architecture. L'élément principal de leurs constructions était l'adobe, qui avait la forme de blocs. De nos jours, certains de ces bâtiments sont encore conservés dans la vallée de Chincha, à San Pedro et à Tambo Mora.

La Centinela (près de la ville de Chincha Baja) est l'une des principales ruines archéologiques. Elle est composée de deux pyramides religieuses, de maisons, de cours, de rues, entre autres constructions.